picto-fast-delivery contact rapide picto-cross

    Contact rapide
    picto-fast-delivery Le message a été envoyé !

    Calcul des soldes intermédiaires de gestion

    Situations intermédiaires et calcul des SIG

    Une situation intermédiaire correspond à la réalisation d’une synthèse de vos comptes en cours d’exercice. Les méthodes et diligences appliquées sont très proches de l’arrêté comptable, ce qui permettra d’obtenir des chiffres et indicateurs fiables afin de s’assurer de la cohérence et de la vraisemblance des informations. Une situation intermédiaire peut être réalisée en fonction des besoins de l’entreprise sur un rythme mensuel, trimestriel ou semestriel.

    La restitution de la situation comporte les mêmes éléments que ceux qui figurent dans les comptes annuels (charges et produits). Il comprend un bilan, un compte de résultat et des soldes intermédiaires de gestion.

    Les soldes intermédiaires de gestion sont présentés sous forme de tableaux et proposent l’analyse du compte de résultat en fonction de huit soldes intermédiaires.

    Ce tableau est un outil de pilotage essentiel pour la gestion d’un chef d’entreprise. Il est simple à utiliser et permet de faire ressortir en lecture directe des indicateurs sur la rentabilité et la performance de l’entreprise.

     

    Les étapes de calcul des soldes intermédiaires de gestion

    Étape 1️⃣ : les informations comptables

    Afin d’établir les soldes intermédiaires de gestion, il est important de calculer les charges et les produits de la période à analyser. Les informations peuvent être obtenues à partir de différents outils comme des tableaux de bord, une situation intermédiaire ou des comptes annuels produits par votre expert-comptable.

    En fonction de la nature de l’activité de l’entreprise, il sera important de suivre et de produire les informations sur les en-cours de production, les stocks, les dépréciations et la sous-traitance utilisée.

    Étape 2️⃣ : la création des Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

     

    Vous souhaitez obtenir un récapitulatif des formules de calcul des soldes intermédiaires de gestion ? 🔗 Téléchargez notre récapitulatif !

    Solde 1 : La marge commerciale

    Marge commerciale = Ventes de marchandises – Coût d’achat des marchandises venduesTaux de marge commerciale = (Marge commerciale / Chiffre d’affaires) x 100

    La marge commerciale est utilisée principalement pour les entreprises du négoce (achat de biens et revente en l’état sans aucune transformation). Cette marge peut également être retrouvée dans les entreprises industrielles mais de façon limitée.

    Ce premier indicateur a pour objectif de mesurer de manière globale en euros et en pourcentage la performance de l’activité commerciale. Cette performance permettra de s’assurer de la traduction économique des choix réalisés par l’entrepreneur.

    Solde 2 : La marge brute de production

    Marge brute de production = [Production vendue +/- Production stockée + Production immobilisée] – Coût d’achat des matières premières – Sous-traitance directeTaux de marge brute de production = (Marge brute de production / Production de l’exercice) x 100

    La marge brute de production est utilisée principalement par les entreprises qui transforment une matière première afin de produire un élément différent. Nous retrouverons donc l’utilisation de ce solde au sein des entreprises artisanales et industrielles par exemple.

    Ce solde intermédiaire est plus pertinent et il a pour objectif de mesurer plusieurs indicateurs. Nous allons pouvoir analyser l’activité de production, mais également l’utilisation de la matière (consommation ou stock) et enfin la sollicitation de la sous-traitance. Les trois indicateurs seront à analyser en euros et en pourcentage.

    💡 La marge commerciale et marge brute de production correspondent à la marge globale de l’entreprise. Cette somme devra permettre de couvrir l’ensemble des charges de la période analysée.

    Solde 3 : La valeur ajoutée

    Valeur ajoutée = Marge commerciale + Marge brute de production – Consommations de la période en provenance de tiers

    La valeur ajoutée mesure la richesse créée par l’entreprise. L’interprétation de cet indicateur permettra de mettre en avant la capacité de l’entreprise à couvrir la rémunération des acteurs de l’entreprise. En effet, le montant de la valeur ajoutée aura pour objectif d’être positif et le plus élevé possible afin de couvrir :

    • Les rémunérations des salariés
    • Les rémunérations des dirigeants
    • L’état et les organismes sociaux par les impôts, taxes et cotisations sociales
    • La rémunération des associés par les dividendes

    La valeur ajoutée permettra également de constituer la capacité d’autofinancement de l’entreprise afin de faire face à ses besoins de remboursement.

    Solde 4 : L’excédent brut d’exploitation (EBE)

    Excédent brut d’exploitation = Valeur ajoutée + Subvention d’exploitation – Impôts, taxes et versements assimilés – Charges de personnel

    L’excédent brut d’exploitation (EBE) est un indicateur apprécié des acteurs financiers et des chefs d’entreprise. Il s’agit d’un outil permettant de traduire l’efficacité et la performance de l’entreprise suite au paiement des impôts et des salaires. Il doit donc être positif afin de pouvoir financer l’entreprise et rémunérer les associés.

    C’est l’un des indicateurs idéals dans la valorisation d’une entreprise puisque les données ci-jointes ne sont pas prises en compte dans son calcul : mode d’imposition, répartition des dividendes, événements exceptionnels, investissement ou encore choix des dirigeants en matière de financement. Il représente directement le cycle d’exploitation de l’entreprise et par conséquent la capacité de l’entreprise à générer des ressources de trésorerie uniquement par son exploitation. L’EBE traduit donc la performance des activités opérationnelles.

    L’exploitation de cet indicateur devra être fait en euro et en pourcentage. Il peut être positif ou négatif et dans ce cas nous parlons d’une insuffisance brute d’exploitation.

    Solde 5 : Le résultat d’exploitation

    Résultat d’exploitation = Excédent brut d’exploitation + Reprises sur charges d’exploitation + Transferts de charges d’exploitation + Autres produits de gestion – Dotations aux amortissements et aux provisions – Autres charges de gestion

    Le résultat d’exploitation permet de mesurer la performance économique de l’entreprise. En effet, ce solde ne tient pas compte des indicateurs financiers ni des évènements exceptionnels de la période.

    Il est impacté des mesures d’investissement du chef d’entreprise par la prise en compte des amortissements de ces derniers. Il permet donc de se concentrer sur la capacité de l’entreprise à générer des ressources via ses activités.

    Solde 6 : Le résultat courant avant impôts

    Résultat courant avant impôts = Résultat d’exploitation + Produits financiers – Charges financières

    Le résultat courant avant impôts évalue la performance des activités d’exploitation et financière de l’entreprise. Il est donc impacté des choix de de financement car il tient compte du résultat financier. Il permet également de mettre en avant le revenu réalisé par l’exploitation de l’activité normale et habituelle de l’entreprise.

    Solde 7 : Le résultat exceptionnel

    Résultat exceptionnel = Produits exceptionnels – Charges exceptionnelles

    Le résultat exceptionnel est un solde qui reprend l’ensemble des opérations à caractère exceptionnel et non récurrent de l’entreprise. Ce sont, par nature, des évènements imprévisibles dont le résultat positif ou négatif aura des impacts proportionnels sur le résultat net de l’entreprise.

    Solde 8 : Le résultat net de l’exercice

    Résultat net = Résultat courant avant impôts +/- Résultat exceptionnel – Participation des salariés – Impôts sur les bénéfices

    Le résultat net représente ce qui reste à la disposition de l’entreprise, c’est-à-dire par différence entre les produits et les charges. Il est le signe de l’enrichissement ou de l’appauvrissement de l’entreprise.

    Étape 3️⃣ : l’analyse des soldes intermédiaires de gestion

    L’analyse des soldes intermédiaires de gestion est le point le plus important afin de confirmer les choix stratégiques pris par l’entrepreneur. Cette analyse sera réalisée en comparaison avec les indicateurs des périodes précédentes (mensuels, trimestriels, semestriels ou annuels), mais également avec des ratios du secteur dont dépend l’entreprise.

    Faire appel à un expert-comptable chevron

     

    À quoi servent les soldes intermédiaires de gestion (SIG) ?

    Ils permettent :

    • De comprendre et d’analyser, étape par étape, à partir du chiffre d’affaires, la construction du résultat net
    • D’expliquer la création et la répartition des richesses par les différents acteurs de l’entreprise (salariés, organismes sociaux, Etat, associés et l’entreprise elle-même)
    • De distinguer et d’expliquer les évènements de la période observée
    • D’orienter les actions stratégiques sur les indicateurs à corriger pour répondre aux objectifs fixés. (Performance globale, de la production, des relations avec les tiers…)

    Les soldes intermédiaires de gestion sont divisés en deux catégories avec :

    • Les trois premiers soldes qui permettent principalement l’analyse de l’activité
    • Les cinq soldes suivants qui sont des résultats à analyser

    Ce sont également des soldes pertinents pour se comparer aux statistiques du secteur d’activité de l’entreprise mais également un très bon outil pour analyser les variations de ses propres indicateurs vis-à-vis des exercices précédents.

    Les soldes intermédiaires de gestion sont la base de nombreux ratios économiques et financiers.

     

    Comment nos experts-comptables interprètent les soldes intermédiaires de gestion ?

    💰 La marge commerciale ou/et la marge de production

    Elles sont des indicateurs sensibles dont le suivi est important. Ces indicateurs peuvent être calculés par produit ou par secteur de manière extra comptable afin de pouvoir s’assurer de la performance de l’ensemble des produits ou des secteurs.
    Nous proposons une analyse comparative de ce solde vis-à-vis des informations des périodes historique de l’entreprise mais aussi vis-à-vis du secteur de l’entreprise. L’analyse de ces indicateurs doit également permettre d’échanger avec le chef d’entreprise afin de vérifier sa capacité d’adaptation dans la répercussion de la hausse des matières ou de sa capacité à négocier avec ses fournisseurs.
    Une attention particulière sera également menée dans notre analyse sur l’utilisation des stocks et de la sous-traitance. En effet, une augmentation ou diminution des stocks, des productions stockés ou de la sous-traitance seront des indicateurs forts dans l’analyse de la performance de l’entreprise.
    Nous pourrons traduire ces indicateurs comme des signes d’une bonne ou mauvaise année commerciale, d’amélioration ou de difficulté de production ou d’une bonne ou mauvaise gestion des stocks avec des impacts directs sur la rentabilité, le résultat net et la trésorerie de l’entreprise.

    ➕ La valeur ajoutée

    C’est une donnée générale sur les entreprises qui est utilisée par l’ensemble des acteurs économiques.
    Elle est analysée de manière globale au niveau de l’entreprise mais également par secteur, produit ou branche d’activité afin d’identifier les lieux de création de valeur au sein de l’entreprise et les secteurs consommateur de valeur. Cette analyse permettra une orientation stratégique précise pour les chefs d’entreprise.

    💳 L’excédent brut d’exploitation

    L’EBE permet de mesurer la capacité de l’entreprise à générer des ressources de trésorerie à partir de l’exploitation : c’est également un indicateur utilisé dans de nombreux ratios financiers. Nous pouvons par exemple citer le taux de profitabilité ou de rentabilité des capitaux investis. L’analyse de cette rentabilité réelle de l’entreprise est très appréciée par les acteurs économiques, les chefs d’entreprise et des investisseurs potentiels.
    Un excédent brut d’exploitation permet de valider l’orientation de l’entreprise et de l’analyser sur plusieurs exercices afin de valider la pérennité de celle-ci. Un EBE négatif sera lié à une insuffisance pour l’entreprise de couvrir les charges d’exploitation par l’activité. Une analyse des causes de cette insuffisance permettra de vérifier si les causes sont liées plutôt à une marge trop faible, une mauvaise répercussion de l’augmentation des prix d’achat, une diminution des ventes, une masse salariale trop importante…

    👛 Le résultat d’exploitation

    Il doit être utilisé à chaque étape de la vie de l’entreprise (lors de la création, d’une reprise ou de la réorientation de l’activité par exemple). Il mesure bien un résultat qui correspond à une photographie à un instant de la vie de l’entreprise. L’interprétation de ce solde devra se faire également par une information croisée avec d’autres indicateurs, comme le chiffre d’affaires ou les charges financières.
    En effet, l’analyse du résultat d’exploitation permettra de calculer un taux de marge opérationnelle ainsi que des ratios de poids des charges financières par exemple. L’ensemble de ces indicateurs seront à étudier par comparaison avec les performances historiques de l’entreprise mais également avec celles du secteur d’activité. Il s’agit donc d’un premier résultat qui permet de mesurer la performance opérationnelle de l’entreprise.

    💸 Le résultat courant

    Il intègre les choix de financement et placement réalisés par le chef d’entreprise. Il est proche du résultat d’exploitation mais il permet une analyse plus adaptée pour mettre en avant l’activité normale de l’entreprise avec le cycle de financement et de vie de la trésorerie.

    🎓 Le résultat exceptionnel

    Il représente l’impact des événements sans lien direct avec l’exploitation sur le résultat global de l’entreprise. Nous pouvons aussi l’analyser afin de traduire des modifications exceptionnelles dans la stratégie de l’entreprise, un désengagement des investissements, des dépréciations exceptionnels d’actifs mais aussi faire ressortir des litiges que l’entreprise peut rencontrer. Il est en opposition complète avec le résultat d’exploitation et doit être analysé avec la plus grande prudence. Une comparaison entre les entreprises du même secteur n’a que peu d’intérêt, sauf si des impacts inhérents au secteur se font ressentir.

    💪 Le résultat net

    C’est un indicateur à analyser avec précaution. En effet, il est la différence entre l’ensemble des produits et des charges de l’entreprise. Un résultat net construit uniquement par un résultat exceptionnel et non un résultat d’exploitation n’aura pas le même impact que l’inverse. De plus, il sera important de le rapprocher des résultats historiques de l’entreprise et du secteur. En effet, un secteur en difficulté alors que le résultat net de l’entreprise est satisfaisant doit être analysé et compris. Enfin, c’est avec ce résultat que l’entreprise pourra faire le choix de consolider ses capitaux propres ou/et de rémunérer les associés des investissements qu’ils ont réalisés.
    C’est pourquoi cet indicateur sera surveillé par les organismes financiers et utilisé pour calculer la capacité d’autofinancement de l’entreprise.

    💡 À retenir : le résultat net comptable de l’entreprise n’est pas égal au résultat net fiscal. Ce dernier est retraité afin d’être utilisé pour le calcul des impôts sur les bénéfices.

     

    Comment peut-on vous aider ?
    Vous avez des questions ou besoin de faire appel à l'un de nos experts ?
    Contactez-nous chevron

    Les situations intermédiaires comptables et les SIG avec Baker Tilly

    Comment Baker Tilly utilise et restitue les situations intermédiaires à ses clients ?

    L’expertise Baker Tilly permet de mettre à votre disposition les compétences de l’ensemble de nos équipes dans la réalisation et la restitution des situations intermédiaires. Elles peuvent être établies à tout moment de l’année, avec les mêmes règles et procédures que pour les comptes annuels dans un objectif de transparence.

    Nous adaptons la méthodologie de notre offre de services en fonction de vos besoins et attentes. Le pilotage doit répondre à votre besoin de fiabilité, de sécurité et de transparence de l’information produite. Nous pouvons produire des situations intermédiaires en totalité ou en appui avec les services administratifs de votre entreprise.

    Nous réalisons systématiquement une présentation et une restitution commentée et pertinente des indicateurs produits.

    La réalisation des situations intermédiaires rentre dans une démarche de gestion au sein de l’entreprise et est complémentaire de la réalisation de prévisionnel, mais également des tableaux de bord qui sont des outils bien distincts.

    C’est un outil à destination de l’entreprise, pour valider les choix stratégiques mais également un gage de sécurité pour les partenaires financiers afin de fournir une bonne information dans la réalisation de vos objectifs, afin de lever des fonds par exemple.

    Un accompagnement plus spécifique pour les SIG

    Pour les SIG, notre accompagnement permet de réaliser un suivi spécifique de votre entreprise et de vos besoins. Les soldes intermédiaires de gestion sont intégrés dans la plupart de nos outils d’analyse et de pilotage, tableau de bord, situation, comptes annuels….

    Nous proposons une analyse plus technique et dynamique de ces indicateurs. En effet, il sera important, au-delà de la lecture et de la première analyse que nous pourrons réaliser avec vous, de proposer une analyse plus poussée. Elle comprend l’ingénierie de notre savoir-faire avec la proposition de ratio supplémentaire afin de vous guider dans votre pilotage. Nous proposons par exemple :

    • Ratio de seuil de rentabilité,
    • Calcul de taux horaires théorique de production
    • Définition des objectifs de marge
    • Calcul du coefficient multiplicateur à appliquer
    • Taux de valeur ajoutée
    • Rapprochement de l’EBE et de la trésorerie
    • Productivité du travail, rapprochement de la valeur ajoutée avec les charges de personnel
    • Analyse de la masse salariale par nature, productif, improductif
    • Taux de couverture de la CAF sur les investissements de l’entreprise

    Afin de vous accompagner au mieux, nous adaptons le plus précisément possible l’analyse des SIG afin de vous permettre de prendre les bonnes décisions pour atteindre vos objectifs fixés.

    Pourquoi faire appel à un expert-comptable pour l’interprétation des SIG ?

    Une analyse précise

    Afin de faire la bonne interprétation des indicateurs et une fine analyse.

    Des indicateurs adaptés

    Afin d’obtenir des indicateurs spécialisés à vos besoins, votre activité et vos spécificités.

    Un choix stratégique

    Afin de consolider et de sécuriser les orientations stratégiques de l’entreprise.

    Vous souhaitez un premier rendez-vous ?
    Vous souhaitez nous rencontrer ?

    Vous êtes à la recherche d’un accompagnement sur-mesure adapté à vos besoins ?
    Vous avez besoin d’aide afin de structurer la gestion de votre entreprise ?

    Organisons un 1er rendez-vous chevron

    Une question sur le calcul des SIG et les situations intermédiaires ? Nos experts vous répondent :

    Comment calculer les SIG en comptabilité ?

    Les SIG sont calculés à partir des produits et des charges de l’entreprise. Les soldes sont présentés sous forme de tableau avec une reprise de 8 indicateurs à analyser de manière indépendante et globale.

    Quels sont les 8 soldes intermédiaires de gestion ?

    • Solde 1 : La marge commerciale
    • Solde 2 : La marge brute de production
    • Solde 3 : La valeur ajoutée
    • Solde 4 : L’excédent brut d’exploitation (EBE)
    • Solde 5 : Le résultat d’exploitation
    • Solde 6 : Le résultat courant avant impôts
    • Solde 7 : Le résultat exceptionnel
    • Solde 8 : Le résultat net de l’exercice

    Comment faire un bilan comptable intermédiaire ?

    Un bilan comptable intermédiaire ou situation intermédiaire est produit avec l’appui des informations économiques et financières de l’entreprise. Il faut donc fournir l’ensemble des flux et justificatifs de la période à analyser afin de produire la situation. L’expert-comptable aura la capacité de réaliser un bilan, un compte de résultat et les soldes intermédiaires de gestion.

    Publications & actualités

    image-Baker Tilly | Conseil, audit, expertise comptable, RH et juridique
    image-Baker Tilly | Conseil, audit, expertise comptable, RH et juridique
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-target.svg
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-target.svg
    PPV : de nouvelles modalités de versement et des conditions d’exonérations précisées Dans sa mise à jour du 19 avril 2024, le bulletin officiel de la Sécurité sociale (BOSS) a apporté des...
    Métiers PPV
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-j.svg
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-j.svg
    Webinar facturation électronique : les 5 actions à mettre en œuvre dès demain L’application de la réforme de la facturation électronique approche à grands pas. Rappelons-le : la date du 01/09/2026 marque la...
    Events, podcasts & webinars
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-target.svg
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-target.svg
    CPF : formations éligibles, conditions d'utilisation et reste à charge Le compte personnel de formation (CPF) est un dispositif mis en place par l'État pour favoriser l'accès à la formation...
    Métiers CPF
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-target.svg
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-target.svg
    Tout savoir sur la fiche de poste La fiche de poste est un document qui détaille les aspects essentiels d'une situation professionnelle : les principales missions, responsabilités,...
    Juridique Métiers Recrutement
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-target.svg
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-target.svg
    Tout savoir sur le registre des bénéficiaires effectifs Depuis le 1er août 2017, les sociétés en cours de création ou déjà créées sont tenues de déclarer leurs bénéficiaires...
    Économie Sociale et Solidaire Métiers Conseil
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-target.svg
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-target.svg
    Tout savoir sur la PCRH (Prestation de conseil en ressources humaines) La prestation de conseil en ressources humaines (PCRH) est un dispositif permettant aux petites et moyennes entreprises de bénéficier d’un...
    Métiers Capital Compétences Formation
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-baker.svg
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-baker.svg
    Baker Tilly & Middlenext : un partenariat riche en opportunités Le Groupe Baker Tilly vient de conclure un nouveau partenariat avec Middlenext, l’association professionnelle française indépendante représentative des valeurs moyennes...
    Corporate Partenariat
    JEC : un nouveau statut pour stimuler les start-up à fort potentiel Le statut de JEI (Jeune Entreprise Innovante), mis en place en 2004, est largement plébiscité pour ses avantages, notamment en...
    Expertise comptable Métiers
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-target.svg
    https://www.bakertilly.fr/wp-content/uploads/2024/03/icon-target.svg
    Mobilité durable en 2024 : enjeux et stratégies Face à l'obligation de verdissement des flottes, à l'évolution du bonus-malus écologique et à l'essor de la mobilité douce, quelles...
    Métiers RSE Mobilité